AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Publisexisme au quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Misfit Cat
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 13300
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Publisexisme au quotidien   Mar 11 Déc - 13:33

Je ne savais pas trop où poster cette info, j'ai créé un nouveau sujet, pour plus tard aussi, au cas où.

Au sujet de la marque Dove, vous savez, celle qui est à l'origine de tout ce foin pour dénoncer les retouches d'images numériques qui transforment les femmes 'moyennes' en top models et qui nous propose des campagnes de pub en faveur de la 'beauté véritable de femmes vraies' et qui soit disant s'inquiète de l'hypersexualisation des jeunes filles, veut lutter contre la marchandisation et la surconsommation du corps féminin, semblant vouloir à tout prix faire passer le message que nous ne sommes pas que des bimbos mais bien de vrais êtres humains avec de vraies rondeurs et des rides (car la marque prétend lutter contre le jeunisme dans le monde de la pub aussi) et tout...


Et bien figurez-vous que la compagnie qui possède et fabrique cette marque se trouve également être celle qui fabrique Axe !!!!

Axe for men... Il me semble qu'on avait évoqué ces pubs éminemment sexistes quelque part. Le super déodorant masculin qui, dès qu'il est pulvérisé, a l'effet de transformer toutes les femmes se trouvant à deux kilomètres à la ronde en une meute de chiennes assoiffées de sexe, allant jusqu'à se marcher dessus, se piétiner pour atteindre au plus vite le mâle rutilant ? 'Plus tu en mets, plus tu en auras'...

La femme objet à la merci du premier mâle macho qui se vaporise les aisselles...

Ou aussi la fameuse pub 'Boom Chicka Wah Wah' (ils aurianet pu carrément mettre la traduction en clair pour la version française : 'tape-toi la pute' parce que ça veut dire la même chose...), où les femmes se mettent à tortiller du cul comme un animal en chaleur devant le premier mec qui passe, voir à arracher les vêtements du père de son mec...



Ce sont les mêmes !

Et du coup il y a des connes comme moi qui y croient.

suspension

Pubs Dove :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pubs Axe :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lezzone.over-blog.com/
zasticot
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 5360
Age : 32
Date d'inscription : 01/02/2006

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mar 11 Déc - 13:54

Ah pitain les enfoirés, moi qui était super contente d'une démarche comme l'avait fait Dove! nonnon3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mar 11 Déc - 14:15

En terme de communication, c'est la force du message qui compte. Les pubs axe fonctionnent sur le même schéma depuis plusieurs décennies, la pub Dove a innové : c'est la pub Dove qui marquera plus même si on associera toujours à Axe ( nb : le déo des ados et jeunes adultes qui cocotte grave) le pouvoir de séduction extrême.

Ce qui est dommage, c'est qu'Axe a perdu de son second degrès au fil du temps...je pense qu'on pourra se souvenir de la pub avec la fille qui utilise le parfum Axe de son copain et voit "l'effet Axe" par elle même : il y avait là un second degrès assez drôle qui n'associait pas le pouvoir séducteur à la virilité mais bien au parfum...aussi une autre pub plutôt drôle avec le type sous sa douche qui se retrouve nu dans un cours de gym remplit de femmes sculpturales.
Malheureusement, les pubs Axe des dernières années, même si toujours second degrès, véhiculent des messages qui sont beaucoup plus "violents" comme "plus t'en mets plus t'en as"... c'est l'air du temps qui veut ça : le retour en force de la "virilité" contre cette ignoble "féminisation de la société" ( dixit monsieur Seymour )

Reste que la pub Dove innove tandis que la pub Axe s'enlise...le message le plus marquant, celui qui aura fait le tour du net, c'est celui de la pub Dove.

En d'autres termes : la pub c'est du fric, ce sont aussi des messages qui passent en fonction du fric qu'ils peuvent générer.

Ces messages sont des signes de quelque chose de plus profond, quelque chose qui frémit au coeur de la société. Les messages sont parfois contradictoires parce que la société l'est. Si Axe reprend le flambeau de l'homme pseudo viril qui consomme des femmes, signe d'un retour de flamme pour ce type de "valeurs" ... Dove montre aussi que de plus en plus de femmes en ont marre de se faire violence pour correspondre à des canons de beauté irréalistes. Y'a un moment où les idées vont s'affronter violemment...
Revenir en haut Aller en bas
Chaton
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 10696
Age : 61
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 0:25

J'ai répondu, j'ai effacé mes propos...ceux-ci n'étaient pas dirigés contre toi Minipouss clin d'oeil
mais de l'attitude qu'on les femmes dans ces pubs "axe" !!!

Je respecte l'hétérosexualité...quand elle n'est pas imposée...mais pitain, la conduite ces femmes dans ces pubs,
n'a rien à voir avec un comportement "normal d'excitation" de femme à homme, mais une conduite uniquement "animal" et encore les animaux sont moins grotesques.


Je prends l'exemple de la pub "axe" où la femme à la peau noire se comporte comme une poule, elle caquette même, c'est n'importe quoi et très lourd en message adressé, à mes yeux !!
J'ai pas retyrouvé la pub sur youtube, merde !!!
c'est mettre la femme à un niveau non-humain, ce qu’elle est certainement à leur yeux !!! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ellesaelles.canalblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 2:24

Et je pense que la pub ( celle avec la femme qui caquette ) a du dépasser les bornes parce qu'elle n'est pas passée pendant longtemps. En général, une campagne de pub c'est en boucle sur une période plus ou moins longue, là j'ai du la voir une ou deux fois ( et la télé est très souvent allumée)
Cela dit, les autres pubs Axe : celle sur la plage , et celle avec les deux nanas sur la voiture...ne sont pas beaucoup mieux. Le soucis, c'est qu'ils pensent sincérement faire du second degrès, mais qu'ils véhiculent quand même une certaine image de la femme sensée être "désirable" dans des rapports totalement deshumanisés. Comme je le disais, c'est dans l'air du temps malheureusement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 4:07

Salut !

Ah ben, plus aucune n'est disponible, j'ai pas eu le temps de les voir...


Ariane-tant-mieux-!- Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Misfit Cat
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 13300
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 13:25

Les vidéos marchent toujours pour moi, si ça ne marche pas pour Ariane, est-ce que c'est le cas pour les autres ?

Je ne sais pas si l'on associe les deux pubs, je ne crois pas, enfin quand je regarde dans mon entourage. Quant à l'impact, je ne suis pas certaine non plus que ce soit la pub Dove qui marque le plus, en tout cas pas en France. D'une part parce que la campagne 'for real beauty' a été beaucoup plus largement diffusée outre atlantique et d'autre part, j'ai pu constater directement l'impact de la pub Axe 'boom chicka wah wah' Rolling Eyes (elle m'horripile particulièrement celle-ci) sur la génération des 11-16 ans. Elle a eu un très grand succès. Suffit de voir aussi les parodies qui en ont été faites sur Youtube et qui témoignent de sa popularité je pense.

Même pour le coup de la douche, celle du mec qui se retrouve nu au milieu de femmes dans une salle de sport, elle ne passe pas non plus (mais j'ai sans doute une perspective trop féministe pour qu'elle passe bien). Encore et toujours la représentation de l'éternelle bimbo et hyper valorisation des attributs masculins sur fond de sexe 'hot'.

Semmour est un masculiniste fini. Qu'est-ce qu'ils puent ces mecs... Je ne sais pas si j'ai posté des articles sur le mouvement masculiniste ici hein, si ce n'est pas le cas, il faudra que je les retrouve et que je les rende accessibles. Ils sont de plus en plus présents et ont désormais une position importante dans les médias et divers associations de défense des droits du mâle versus féminisme. Un vrai retour de bâton qui ne présage rien de bon...

Vous avez regardé l'émission sur les '100 qui font bouger', vous avez des feedbacks ?

Pour répondre à ce que dit Chaton, ceci, ce côté animal et ce côté 'la femme est toujours prête pour du cul' est dans la même veine que le porno. Toujours prête 'à se faire mettre' pour qu'ils en aient plus, pour reprendre la fameuse pub (ce terme n'est pas innocent selon moi), des images toujours principalement centrées sur le corps féminin, la femme est complètement déshumanisée, on valorise la femme 'chienne' toujours prête à péter un plomb, ou à jouir en deux minutes dès que le mâle s'active. C'est humiliant et dégradant au possible.

Enfin bref...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lezzone.over-blog.com/
Chaton
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 10696
Age : 61
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 13:35

La 1er pub Dove ne fonctionne pas pour moi Misfit... Wink


Les autres, oui.. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ellesaelles.canalblog.com
Chaton
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 10696
Age : 61
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 13:53

Misfit Cat a écrit:
avez des feedbacks ?

Pour répondre à ce que dit Chaton, ceci, ce côté animal et ce côté 'la femme est toujours prête pour du cul' est dans la même veine que le porno. Toujours prête 'à se faire mettre' pour qu'ils en aient plus, pour reprendre la fameuse pub (ce terme n'est pas innocent selon moi), des images toujours principalement centrées sur le corps féminin, la femme est complètement déshumanisée, on valorise la femme 'chienne' toujours prête à péter un plomb, ou à jouir en deux minutes dès que le mâle s'active. C'est humiliant et dégradant au possible.

Enfin bref...


Je crois que cela vient surtout que les "mâles" ont de tout temps jalousé la sexualité féminine.

Jalousé, ce clitoris uniquement destiné au plaisir...
Cette possibilité de jouir plusieurs fois de suite, sans être limitées comme ils le sont eux.
Et oui, osons le dire cet appétit sexuel qu'ont réellement les femmes, quand elles le laissent s'exprimer et qui les effraye tant, eux les "mâles"...

Je pense que c'est pour ça, que de tout temps, ces "mâles" ont voulu "baillonner" les femmes..

Soit en en faisant des frigides, le sexe est sale pour la femme de bonnes moeurs..

Soit en faisant des femmes aimant "le sexe" des salopes ou des malades...L'orgasme n'a t-il pas été décrit comme une crise "d'hystérie" ?

Soit en niant les femmes et en faire des "objets" dans les films pornos ....

Oui, la femme (en général) aime faire l'amour, ce qui les dérangent ces pauvres "mâles" c'est certainement leur piètre compétence par rapport à ça !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ellesaelles.canalblog.com
vivi31
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 7969
Age : 34
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 14:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]l'effet que me font certaines Pub... Image de la femme "Chaudière"... c' complet irrespectueux... c' gerbant !!! Honteux... et tous ce que vous voulez... ! martiaux Et pour ce qui est de l'émission de hier soir... Je suis tombée sur l'homme au foyer ... Et alors... est ce que l'on a fait tout un plat de toutes ces années où la femme y est restée et où elle assumait tout... et en plus s'en prend plein la gueule qd le mari rentre le soir parce qu'elle a oublié d'aller ht du pain !!!! ???? Les pauvres hommes foyer... !!!! J'ai zappé direct !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 14:25

Salut !

Chaton a écrit:
La 1er pub Dove ne fonctionne pas pour moi Misfit... Wink


Les autres, oui.. Mr.Red
Idem ;) J'ai dû avoir un souci avec mon ordi hier soir.

Je ne connaissais pas les pubs Dove. Merci pour tous ces liens, Misfit !

Ariane
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 14:59

Oui Misfit, je pense que le soucis avec ces pubs, c'est qu'elles toucheront surtout les plus jeunes esprits ( les plus maléables )

Pour l'émission d'hier soir : vraiment très très bien ( même si je n'ai pas regardé jusqu'à la fin , trop entrecoupée par les reportages, alors que j'aurais préféré qu'ils restent plus longtemps sur le plateau )
Des moments orgasmiques ou Seymour se faisait moucher ( depuis le temps que j'attendais ça ) et Beatrice Schörnberg qui a finit par gentillement lui demander de la fermer lorsqu'il a commencé à relativiser le chiffre des femmes battues en comparant avec les hommes tués à la guerre.
Tu sens clairement le type qui a un problème...il en pouvait plus , il pietinait , il faisait des grimaces, entouré qu'il était de femmes de pouvoir et d'hommes féministes.

Bon , le soucis c'est que quand on lui laisse large audience sur Ruquier tous les samedis soir , il est rare que quelqu'un lui réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Misfit Cat
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 13300
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 16:09

En même temps, est-ce qu'on s'attend vraiment à ce que quelqu'un lui répondre chez Ruquier ? Rolling Eyes Une chienne de garde peut-être ? Mr.Red

Bon alors finalement, dommage, j'ai loupé le mouchage de Semmour. Mais oui, il a problème.

Quelques petits cours de tantrisme pour que le monsieur se sente mieux dans sa peau ? Mr. Green

Pour le reste, je n'ai pas vu l'émission Vivi, je ne peux pas te répondre. Wink

D'accord avec toi Chaton pour dire que la sexualité des femmes a toujours effrayé les hommes (mais j'avoue que l'idée du vagin avec des dents me plaisait, ça pourrait être fort utile... Humour noir, bonsoir). D'où ce besoin de dominer, de rabaisser, d'avalir, de salir et d'écraser ce qui est différent où reste incompréhensible. Incapacité intellectuelle flagrante des susnommés... Tellement plus facile de nier notre sexualité ou de la diaboliser, également. S' ils avaient essayer de comprendre et d'apprendre, ils y auraient pourtant été gagnants, eux aussi. Enfin bref...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lezzone.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Déc - 20:28

Minipoussin a écrit:
Pour l'émission d'hier soir : vraiment très très bien
Des moments orgasmiques ou Seymour se faisait moucher ( depuis le temps que j'attendais ça ) et Beatrice Schörnberg qui a finit par gentillement lui demander de la fermer lorsqu'il a commencé à relativiser le chiffre des femmes battues en comparant avec les hommes tués à la guerre.

Je n'ai justement pas regardé à cause de lui. Par contre, la comparaison avec les hommes tués à la guerre, celle là fallait la trouver. Il a du oublier que la femme, du moins, la prise de la femme de l'ennemie, a toujours été la principale des armes de guerre.
Ce mec, me sort par les trouX d'nez.....
Revenir en haut Aller en bas
vivi31
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 7969
Age : 34
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 19 Déc - 22:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et celle ci elle ne vous fait pas bondir !! ???

Pour ma part... Rrrrrrrrrrrrr... le message est : La femme est une Tepu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Jeu 20 Déc - 0:31

C'est même plus que clair! Ils sont quatre! colère
c'est totalement dégradant... c'est... je trouve pas de mot assez fort... dégueu...
Revenir en haut Aller en bas
Misfit Cat
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 13300
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Jeu 3 Juil - 22:10

Candia-Babette en croque : crème de sexisme

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




40 ans après mai 68, on en est encore là : UNE FEMME SANS TÊTE VÊTUE d'un TABLIER qui parle pour elle ! Remballe ta crême rance de sexisme CANDIA, BABETTE c'est sans moi définitivement !


Source : HumOur de dogue


La suite de "Babette, j'en fais ce que je veux" ou encore "Babette, on la lie, on la fouette et parfois elle passe à la casserole ". Vous vous souvenez des premières pubs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lezzone.over-blog.com/
Chaton
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 10696
Age : 61
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Sam 19 Juil - 11:26

Pour éloigner les hommes, couvre ton corps


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Vous ne les arrêterez pas, mais vous pouvez vous protéger. Votre Créateur se soucie de votre intérêt"


Cette photo, qui circule parmi les internautes égyptiens, nous a été transférée par l'un de nos Observateurs. Son message s'adresse aux femmes : sortez voilées pour éviter que les hommes ne vous tournent autour comme des mouches.

Cette campagne virale - le texte est en arabe égyptien, mais nous n'avons pas pu identifier l'origine du document - incite les femmes à porter le niqab, c'est-à-dire une tenue qui couvre entièrement le corps et ne laisse que les yeux découverts. En Egypte, le hijab, qui ne couvre qu'une partie du visage, est de plus en plus porté, mais le niqab reste lui très minoritaire.



Farnaz Seifi est une féministe iranienne. Elle a porté le voile jusqu'à son arrivée en Europe l'année dernière.


Mon expérience de femme dans le seul pays du monde où le port du voile est obligatoire m'a appris que cela ne nous prémunit en rien du harcèlement sexuel. En Iran, même les femmes qui portent le tchador [en Iran, le tchador est noir ; il couvre tout le corps et ne laisse que le visage apparaître] sont victimes de harcèlement. Même dans la rue ! J'ai rencontré beaucoup d'hommes en Iran qui affirment qu'une femme voilée est plus sexy.

Cette campagne découle d'une interprétation vraiment radicale de l'Islam. C'est de la pure propagande. Dans les textes islamiques, il est écrit de couvrir les cheveux et le cou, pas le visage. Et personnellement, je trouve ça insultant de comparer la femme à une sucette. Quelles que soient les personnes à l'origine de ce message, ils voient la femme comme un objet sexuel et comme un être inférieur. Limiter le choix des femmes ne sera jamais la bonne solution contre le harcèlement sexuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ellesaelles.canalblog.com
Misfit Cat
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 13300
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Sam 19 Juil - 11:30

Entre la sucette et la mouche... Au moins ils se sont bien reconnus en l'animal. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lezzone.over-blog.com/
Chaton
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 10696
Age : 61
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Sam 19 Juil - 11:38

Allez un peu de pub pour un groupe de féministes qui le mérite !!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les milieux culturels sont aussi sexistes que les autres



Un mystérieux groupe des "femmes à barbe" a perturbé le forum sur la culture organisé par Libération, le 14 juin, au théâtre des Amandiers. Leur message : contrairement à l'idée reçue, le monde de la culture est aussi sexiste que celui de la politique ou de la finance.

Leurs mères brûlaient leurs soutiens-gorges pour dénoncer les inégalités hommes-femmes. Ces nouvelles féministes investissent elles, barbe postiche au menton, les hauts-lieux du sexisme, du Sénat aux hypermarchés. En s'invitant au forum de Libération, elles rappellent que dans le monde de la culture aussi, le sexe est plus que jamais un critère déterminant de réussite. Pour ne citer qu'un chiffre : en 2006, 92 % des théâtres d'art dramatique étaient dirigés par des hommes (source : rapport "Reine Prat" rendu au ministère de la Culture).



"Je me suis certainement plus battue qu'un homme"
Florence Gamblin, 43 ans, est dramaturge et responsable artistique de l'Université du Havre.



J'ai été confrontée au sexisme dès le début de ma carrière de dramaturge. Dans le monde du théâtre, les femmes sont cantonnées à la logistique. L'assistanat est majoritairement féminin et pour en sortir, je me suis certainement plus battue qu'un homme. Au début, j'étais tellement contente de faire ce métier que j'acceptais de ne pas signer mes travaux. J'acceptais de rester dans l'ombre.

Aujourd'hui encore, je crois qu'à niveau égal, j'aurai difficilement la même reconnaissance qu'un homme. Dans le milieu créatif, l'homme est traditionnellement perçu comme le créateur et la femme comme la muse, l'accompagnatrice. Mais je remarque aussi que les femmes se permettent de plus en plus d'aller vers ces métiers, même s'il est difficile de concilier des horaires décalés avec une vie de famille.

Les actions collectives comme "la barbe" contribuent à sortir les gens de leur torpeur. Nous avons besoin d'un changement profond."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ellesaelles.canalblog.com
Misfit Cat
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 13300
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Jeu 19 Mar - 14:58

Protestation contre la publicité sexiste de Reporter sans Frontières

16 mars 2009

Source : <post@lameute.fr>

La Meute des Chiennes de garde s‚engage publiquement contre une publicité sexiste : la campagne de Reporters sans frontières. Cette organisation, qui milite pour la liberté de la presse, utilise l'image d'une Marianne violentée et sanguinolente, avec le slogan « Franchement, elle l'a cherché »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Non, tous les moyens ne sont pas bons ! Même au service d'une bonne cause, la violence contre les femmes ne peut être un argument pertinent. Voici la lettre que nous adressons aux responsables de Reporters sans frontières. Nous vous proposons de reprendre ce texte ou de vous en inspirer, et d'écrire vous aussi, de préférence par la poste, ce qui est bien plus effficace qu'un courriel. Les responsables d'une campagne savent que, pour UNE lettre qu'ils reçoivent d'un-e protestataire, il y a MILLE autres personnes qui sont tout aussi mécontentes mais n'ont pas pris le temps d'écrire. Vous pouvez aussi envoyer un courriel à : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Si vous rédigez un texte différent, prière de l'envoyer aussi à La Meute, pour qu'il puisse figurer sur notre site !

Lettre ouverte des Chiennes de garde à Reporters sans frontières
Gérald Sapey, Président de RSF International
Pierre Veilletet, président de RSF France
Jean-François Juillard, secrétaire général
47 rue Vivienne 75002 Paris

Paris, le 16 mars 2009

Messieurs,

Pour faire connaître au grand public votre bilan annuel de la liberté de lapresse dans le monde, vous avez choisi, illustrant votre campagne en France, la photo d'un buste de Marianne, symbole de la République. Des traînées rouge sombre coulent de son nez et tombent sur sa tunique, comme s'il s'agissait d'une femme ayant reçu un coup de poing en pleine figure et saignant du nez.
Vous accompagnez cette image-choc du slogan en gros caractères : «Franchement, elle l'a cherché ».
En bas et en tout petits caractères, l'explication : « La France est 35e sur 168 pays au classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières. »

Utiliser l'image d'une femme violentée, en l'accompagnant du commentaire «Franchement, elle l'a cherché », vous place du côté des conjoints agresseurs qui se justifient en affirmant que, « franchement », une femme battue est responsable de l'agression qu'elle a subie.
Sans doute aviez-vous l'intention de communiquer au second degré, mais pour les victimes de violences conjugales (2 millions de femmes en France), comme pour les agresseurs, c'est le premier degré, la représentation de violences contre une femme, qui restera en mémoire, avec la légitimation que vous lui donnez.

Qu'on la prenne au premier ou au second degré, votre campagne fait avant tout la promotion de la violence, à la fois contre le symbole de la République et contre une figure féminine à laquelle chaque femme voyant votre affiche peut se sentir identifiée. Et Marianne, femme ou République, l'aurait « franchement cherché » ! Ne percevez-vous pas le danger qu'il y a à promouvoir la violence dans n'importe quelle situation, et le dommage qui peut en résulter pour l'image de RSF ?

Nous vous exprimons notre totale désapprobation pour le sexisme de cette campagne, et vous demandons de renoncer à la diffuser dorénavant. Quant à nous, quels que louables que soient vos buts, nous ne soutiendrons plus une organisation qui utilise et banalise la violence contre les femmes.

Les Chiennes de garde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lezzone.over-blog.com/
Misfit Cat
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 13300
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Mer 12 Aoû - 11:14

1983-2009 Quand l'histoire se répète
Par Olympe le jeudi 28 mai 2009


Un article de Chloé Leprince sur Rue 89 m'a amenée à faire quelques recherches. Non pas sur la campagne contre le viol qui en est le sujet principal mais sur une loi antisexiste qui aurait été votée en 1983.

A l'époque, au journal de 20H Yvette Roudy faisait preuve d'un bel optimisme en annonçant que son projet de loi antisexiste ( point par point calqué sur la loi anti raciste de 1972) qui autorisait notamment les poursuites pour toute atteinte à l'image de la femme et de sa dignité aurait un fort effet dissuasif, comme cela avait été le cas pour la loi antiraciste.

Mais que se passa-t-il réellement ?

En réalité cette loi n'a jamais été présentée à l'Assemblée nationale. .

Parceque, cela va vous étonner ,

(je reprends ici le texte de Gisèle Halimi)

" une levée de boucliers d’une extrême violence met les féministes en accusation. Accusations de censure, de puritanisme, de retour à l’ordre moral. Vous l’avez compris, la publicité, principalement, qui entend déployer en toute impunité ses panneaux indignes, a mal au fric. Donc elle se bat, vitupère, diffame, créé un barrage rendu insurmontable par l’adhésion quasi unanime des médias. Tout est bien lié. La ministre des Droits des femmes, dénoncée comme « l’ayatollah Roudy » voudrait instaurer une « police des fantasmes » « tuer l’érotisme ».

(...)

Simone de Beauvoir ne s’y est pas trompée. Elle monte au créneau. Dans son article La femme, la pub et la haine, elle dénonce « cette petite minorité de profiteurs, enragés comme des chiens à qui on menacerait de retirer leur os : ils sont soutenus par de nombreux journaux car ils vivent en grande partie de la publicité ». Elle explique très justement qu’une telle loi accorderait aux femmes qui se sentiraient agressées « un pouvoir de contestation » et non de censure. Et comme en toute démocratie, les juges trancheraient.

La loi antiraciste a proscrit les affiches du Noir débonnaire s’extasiant sur son « Y’a bon Banania ». Pourquoi pas celle de la femme chienne vantant les collants Dim ?

(...)

Le pouvoir politique, toujours masculin à 90%, refuse le débat pour une nouvelle loi antisexiste.(...) Donc après l’enregistrement sous le numéro 1383 à l’Assemblée Nationale du projet de loi antisexiste, il restait à l’inscrire à l’ordre du jour pour qu’il fût débattu et soumis au vote.

Que croyez-vous qu’il arriva ? François Mitterrand torpilla. En catimini, bien sûr. Il fit savoir qu’aucune urgence n’exigeait que les parlementaires s’attelassent à l’œuvre. Qui décide de l’ordre du jour à l’Assemblée Nationale ? La conférence des Présidents. Majorité absolue : celle du gouvernement et de l’Elysée. Donc, en 1983, François Mitterrand parle à François Mitterrand. Et obtient gain de cause. Le projet ne fut donc jamais discuté à l’Assemblée Nationale."





La femme, la pub et la haine.

Par Olympe le vendredi 31 juillet 2009
Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

J'avais lancé, il y a quelques semaines, un appel pour retrouver un article de Simone de Beauvoir paru dans le Monde du 4 mai 1983. Il n'a pas fallu très longtemps pour qu'une lectrice m'envoie ce texte, et je l'en remercie.

Je rappelle que cet article a été écrit suite à une campagne visant à dénoncer un projet de loi anti sexiste présenté par Yvette Roudy. Ce projet calqué sur la loi anti raciste de 1972 qui autorisait notamment les poursuites pour toute atteinte à l'image de la femme et de sa dignité n'a au final jamais été présenté à l'Assemblée nationale. (voir mon précédent billet sur le sujet)

Ce texte a vieilli par certains cotés, mais reste d'une actualité confondante par d'autres et quelques uns de ses paragraphes pourraient être repris tels quels aujourd'hui, 26 ans après . Jugez en.

___

S'il n'était si consternant, le déferlement de misogynie soulevé par la loi anti-sexiste de Mme Yvette Roudy mériterait de déchainer des fous rires. Ces messieurs – et dames – qui reprochent aux féministes de manquer d'humour s'en montrent regrettablement dépourvus. Avec quelle pompe ils font appel à leur sens des responsabilité, à leur conscience professionnelle pour revendiquer le droit d'afficher sur les murs les images qui – à leur idée – rempliront le mieux leurs poches ! Ils n'hésitent pas à invoquer les plus hautes valeurs culturelles : d'après eux la publicité nous abreuverait de beauté, et ce serait manquer de tout sens esthétique que de ne pas assimiler ses créations aux plus célèbres tableaux du Louvre, ses « messages » aux grandes œuvres de la littérature française.

Tant de lourde prétention confond ! Mais avant tout, ils sont inspirés, disent-ils, par le respect de la sacro-sainte liberté : laquelle ? La loi qui permet aux femmes de choisir librement leur maternité serait « une interférence dans la vie personnelle » et donc une atteinte à la liberté. (Il est vrai que il y a cent ans, quand s'ouvrit à Rouen le premier lycée de filles, il se trouva des hommes pour déclarer que c'était là une atteinte à la liberté.)

Liberté ! Que d'imbécilités on profère en ton nom ! On s'en autorise, par exemple, pour comparer Yvette Roudy à un ayatollah ; je ne sache pas qu'elle ait demandé à ses compatriotes de porter le tchador, ni incité à la lapidation des femmes adultères. Et quel rapport entre la reine Victoria et la femme qui a fait voter la gratuité de l'IVG ? Je ne vois rien d'humoristique ni de finement spirituel dans ces gros sarcasmes haineux.

Certains préfèrent des arguments qui leur semblent plus sérieux. La Croix, dont on connait l'effort soutenu en faveur de la libération sexuelle, accuse Yvette Roudy de vouloir interdire l'amour et le plaisir. Mme Giroud – entre autres – lui reproche de brimer « le droit aux fantasmes ». Les gens ne pourraient donc inventer leurs rêves qu'à partir des plates images publicitaires ? Il n'est pas besoin d'être grand psychologue pour savoir que les fantasmes ont de tout autres origines.

Cependant pour répondre à ces attaques, le « clin d'œil ironique », le « coup de coude » complice ne suffisent pas. Car cette petite minorité de profiteurs, enragés comme des chiens à qui on menacerait de retirer leur os, risque de nuire, tant leur campagne est solidement orchestrée : ils sont soutenus par de nombreux journalistes car les journaux – sauf le Canard enchainé qui, justement, n'a guère pris part à cette opération – vivent en grande partie de la publicité. Il faut donc dénoncer plus précisément la mauvaise foi des arguments invoqués.

D'abord, l'amalgame. La loi ne concerne ni les livres, ni les films, ni les tableaux, ni aucune création artistique ; elle ne s'en prend pas non plus aux revues, aux magazines. Seul la pub est visée, car elle seule, au lieu de se proposer à des libertés, s'impose aux regards qui, bon gré, mal gré, la subissent. Personne ne s'indigne qu'on réprime la liberté des exhibitionnistes : certaines exhibitions publicitaires ne sont pas moins choquantes ; il me paraît logique d'en protéger les passants. Cette protection est d'ailleurs fort discrètes : on brandit le mot de censure : mais il ne s'agit rien de tel : la loi accorde seulement aux femmes qui se sentent agressées un pouvoir de contestation, un contre-pouvoir de régulation démocratique. En fin de compte, ce seront les juges qui décideront du bien-fond de leur protestation.

Pourquoi les femmes ? Parce que ce sont elles qui sont en question ; ce sont elles dont la pub, pour vendre ses produits, propose des images avilissantes. Jamais un homme. Sauf autrefois, des Noirs. Mais la loi anti-raciste a rendu impossible les « Banania-y'a bon « de mon enfance. On nous dit que les lois ne peuvent rien, que le racisme est demeuré aussi vivace depuis la loi anti-raciste. Il y a mille raisons pour qu'il n'ait pas désarmé. Du moins, ne s'exprime-t-il plus tout à fait impunément. Certaines affiches ont disparu de nos murs. A la suite de quelques procès, les cafetiers n'osent plus refuser de servir des « bicots » ou des « nègres. Une loi ne change pas du jour au lendemain les mentalités, d'accord. Mais elle contribue à les former. Une sotte demandait dans Le Nouvel Observateur : « Suffit-il de brûler les images pour libérer les femmes ? » Non, bien sûr, ce serait trop simple. Mais il n'est pas inutile d'agir sur les images. Les enfants aussi ont des yeux, les images s'impriment en eux. Éviter qu'elles ne leur inspirent le mépris de la femme serait déjà une victoire.

Il paraît inconcevable à ces messieurs qu'un corps de femme puisse être utilisé comme « support publicitaire » sans qu'on lui inflige une attitude dégradante. Refuser cet avilissement serait interdire toute image de femme et, par extrapolation tout image. Un monde sans images ? C'est l'austérité tyrannique des pays de l'Est ! Le goulag n'est pas loin... Ces insinuations absurdes trouvent des oreilles complaisantes chez les ennemis du régime, car il ne faut pas oublier que cette campagne – et peut-être essentiellement – politique.

Cependant, cet aspect est plus ou moins masqué. Ce qu'on dénonce bruyamment, ce sont les excès auxquels, forte de la loi Roudy, vont se livrer les féministes. Les publicistes répètent à cor et à cri qu'il faut faire confiance aux femmes. Alors ? Alors, les féministes ne sont pas des femmes. On reprend contre elles les arguments les plus éculés. Elles sont « torturées, mal dans leur sexe « , déclare M J-F Fabry, éminent inventeur de la femme ligotée, portant des jeans Buffalo. « Ce sont des intellectuelles qui n'ont pas de contact avec la réalité « diagnostique un autre. Je connais des féministes médecins, avocates, ingénieurs, mères de famille : il ne me semble pas que le directeur d'une agence publicitaire ait, à priori, de meilleurs contacts avec la réalité ; à moins que « réalité » ne signifie pour lui le fric dont il a certainement une expérience plus enrichissante. Quoi qu'il en soit, il faut le répéter, ce ne sont pas les associations qui trancheront, mais des juges. Tout ce que nous espérons c'est que la perspective d'un procès puisse avoir -comme dans le cas du racisme – un effet dissuasif.

Ce qu'il y a de consternant dans toute cette affaire, c'est la vraie raison d'une telle levée de boucliers.

Contraints et forcés, les hommes renoncent à se targuer ouvertement de leur supériorité dans le domaine économique : contre l'égalité des salaires, contre la non discrimination des emplois, ils mènent des luttes plus sournoises. Mais ils demeurent profondément convaincus que la femme est un objet à manipuler, qu'ils sont les maitres de cette manipulation. On ne les changera pas de sitôt. Mais toute démarche qui met obstacle à leur prétention dominatrice devrait être accueillie avec reconnaissance non seulement par les féministes, mais par toutes les femmes, du moins par celles qui refusent de se laisser mener à la baguette, fût elle ornée d'un diamant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lezzone.over-blog.com/
Agnes
Déesse parmi les déesses
avatar

Nombre de messages : 6265
Age : 42
Localisation : 17
Humeur : espérance
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   Dim 25 Aoû - 12:59

Crème à récurer pour « la reine du royaume » : Cif et l’humour sexiste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je tenais à vous faire partager l’échange que j’ai eu avec le service client de la crème à récurer Cif.

J’ai depuis peu la télé dans mon petit appart’ d’étudiante, et en zappant, je suis tombée sur la dernière pub Cif. Celle avec le chevalier qui récure le chaudron et qui s’avère en fait être bobonne et ses mains de fée.

Un peu secoué du caractère quelque peu dérangeant (presque sexiste) de cette pub, j’ai écrit au service client un petit message. Bon, faut dire que je n’y suis pas forcement allée de main morte.

J’ai dû utiliser les mots « sexiste », « rétrograde », « dégradant », dire que le ménage n’était pas réservé qu’aux femmes, que leur pub avait probablement été écrite par un homme, et que puisque c’était comme ça, je n’achèterai pas leur produit. Je n’ai juste pas pensé à en garder la trace, pensant qu’ils n’allaient pas répondre.
« A l’image des fins heureuses des contes de fées »

Ce qu’ils ont – à ma grande surprise – fini par faire par e-mail, ce vendredi 16 août. Je voulais vous faire partager ladite réponse :


   L’e-mail d’Anita, conseillère Cif (Capture)

   « Bonjour Madame B.,

   Vous avez contacté notre service relation consommateur le 10 août 2013 afin de nous faire part de vos commentaires au sujet de notre dernière publicité Cif et nous vous en remercions.

   Nous sommes sincèrement désolés des sentiments négatifs que cette publicité a pu susciter.

   Chez Unilever, nous attachons une très grande importance à nos principes, et apportons toute l’attention nécessaire à la création d’une communication attractive représentant nos consommateurs d’une manière constructive et positive.

   La marque Cif a toujours accordé une exigence particulière à la qualité de ses produits : la crème Cif nettoie efficacement, tout en préservant la
   beauté de vos surfaces. Nous avons voulu créer une communication pour CIF qui traduise cette exigence de manière légère et joyeuse, avec une touche d’humour.

   Avec notre nouvelle campagne, notre objectif est de représenter l’héroïne, ou le héros, comme une personne moderne et intelligente. L’utilisation des produits Cif lui permet de vivre et de réussir son ménage dans les meilleures conditions, à l’image des fins heureuses des contes de fées.

   Cif a toujours fait preuve d’un immense respect quant à la représentation des femmes dans ses communications. Elles ne sont jamais mises en scène dans des situations qui pourraient être interprétées comme négatives ou embarrassantes. Nous mettons un point d’honneur à valoriser l’héroïne de
   notre campagne publicitaire en la présentant comme plus astucieuse que les autres personnages de ce royaume enchanté.

   L’objectif de cette campagne n’était en aucun cas d’altérer l’image de la femme.

   Nous espérons que ces explications vous permettront de rester fidèle à la marque Cif.

   Cordialement,

   Anita, votre Conseillère Cif. »

J’ai ri. Mais l’humour sexiste, moi, ça me faire rire un peu jaune.

Et le prince charmant qui récure les chiottes ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un ami m’a fait parvenir deux autres pubs Cif  qui ne passent pas à la télé (ou en tout cas que je n’ai pas vues). L’héroïne est également présentée comme « plus astucieuse que les autres personnages de ce royaume enchanté », selon les mots d’Unilever.

Rue 89
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agnespoesie.canalblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Publisexisme au quotidien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Publisexisme au quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Notre pain quotidien", un film pour débattre
» Mes indispensables: Makeup au quotidien^^
» Nos astuces pratiques pour supprimer des conflits du quotidien
» photos echarpe au quotidien
» Petites actions au quotidien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lez Only :: L'AGORA :: Féminisme-
Sauter vers: